23 mai 2013

J'ai voyagé en Ouigo (mon avis + photos)

A l'occasion d'un mariage, j'ai du me rendre à Marseille à la fin du mois d'Avril, et à cette occasion, j'ai testé le nouveau train "low cost" de la Sncf: le OuiGo


Mes billets ayants été réservés le jour du lancement de l'offre Ouigo, j'ai pu bénéficier du tarif de 10 euros la place par personne, ce qui est la raison pour laquelle j'ai décidé de partir avec Ouigo: le prix attractif! Plus on s'y prend tôt moins le tarif est cher!

Seuls impératifs: partir de Marne la Vallée, avec un seul bagage et se présenter 30 minutes avant le départ du train pour embarquer.
Si l'on souhaite un bagage supplémentaire il faut payer un supplément. Idem pour la prise électrique qui est au prix de 2 euros par passager.



 Deux jours avant le départ de mon train, je reçois un mail avec mes billets à imprimer et à présenter à l'embarquement le jour de mon départ. Si l'on n'a pas d'imprimante (comme moi), il y a une application IPhone Ouigo qui permet de présenter les billets dématérialisés.

Partir de Marne la Vallée n'a pas vraiment été un problème pour moi, car en voiture, je mets autant de temps pour m'y rendre, que d'aller à la Gare de Lyon à Paris. Le parking m'a coûté 35,00 euros pour le week end, mais même en payant le parking, la différence de prix avec les billets étaient telle que je restais gagnante!

Le jour J, j'arrive à la gare de Marne la Vallée, et je suis les fléchages qui me mènent au premier étage pour l'embarquement. Je suis en avance, mais déjà de très nombreuses personnes attendent. D'ailleurs c'est un peu l'anarchie car les gens ne respectent pas du tout la queue et vont même jusqu'à enlever le ruban qui nous empêche d'avancer, pour aller plus vite!
Trente minutes pile avant le départ, 4 agents Ouigo nous demandent de former 4 files pour commencer les contrôles. Ça pousse et ça tente de passer devant tout le monde dans tous les sens mais nous arrivons enfin jusqu'à un agent qui nous contrôle (vérifie nos papiers d'identité, nos bagages) et nous souhaite un bon voyage, avec le sourire.

intérieur du Ouigo
Après un parcours du combattant entre les différents escalators et couloirs, nous arrivons à notre train, et montons dans notre voiture. 
Premier constat: le train est beau et fonctionnel avec ses places roses et bleu. Pas de voiture bar comme prévu, mais nous avions prévu notre pique nique.
Les bagages rentrent parfaitement sous le siège. Comme nous avions réservés des places avec des prises électriques, il y a 2 petites prises en dessous des sièges de devant.

Les prises électriques (et mes genoux)

Cependant, une fois dans notre voiture, nous constatons que nous avons deux places séparés!
Et d'autres voyageurs sont également dans notre cas, notamment avec des enfants.
Heureusement nous avons pu nous assoir l'un à côté de l'autre car un agent Ouigo a eu la gentillesse de regarder sur sa tablette, si la place était libre pour que nous puissions échanger, mais ça serait bien que ouigo propose à l'avenir un service qui permet de choisir sa place ou au moins de garantir les places à côté.

Le stickers sur l'arrière des sièges
Le train part, et quelques instant plus tard, notre chef de bord passe nous expliquer les règles du Ouigo. En effet, dans le Ouigo pas de poubelles individuelles, mais une poubelle collective à l'extérieur de la voiture (rien de bien compliqué. En plus vers la fin du trajet, du personnel passe avec une poubelle pour que l'on puisse jeter ses déchets.

En règle générale, j'ai trouvé le personnel Ouigo vraiment sympathique et souriant, à la manière du personnel dans les avions, et ça fait vraiment du bien! On se sent vraiment accueilli et à la moindre question on est parfaitement renseigné.

 Après, le trajet s'est déroulé (presque) parfaitement. En effet, à l'intérieur du train, j'ai été choqué par le comportement des passagers qui ne respectaient rien du tout: ni la place attribuée, ni les règles simples comme jeter ses déchets dans la poubelle à l'extérieur, ni la tranquillité des autres voyageurs en regardant un film sans écouteurs ou en téléphonant. Mais ça ce n'est pas de la faute de Ouigo et ça aurait très certainement été la même chose dans un TGV "normal".
Vue de ma place
Au retour, à la gare de Marseille, tout s'est bien déroulé, si ce n'est un embarquement un peu moins long (mais avec toujours autant de gens qui ne respectaient pas la file d'attente).

En rentrant chez moi, j'ai pu trouver dans mes mails que je n'avais pas consulté des mails de Ouigo m'indiquant la voie du train que j'allais emprunter, une demi heure avant le départ, ce qui peut vraiment être pratique quand on est "un peu juste".

En bref, je pense que je prendrai à nouveau le Ouigo quand j'en aurai l'occasion, car l'économie réalisée par rapport à un trajet en voiture est vraiment énorme.

EDIT: fermeture temporaire des commentaires sur cet article dû à un grand nombre de commentaires insultants et hors sujet. Par ailleurs je ne travaille pas pour Ouigo, donc j'invite les mécontents, ou les gens ayant des questions à s'adresser directement au service client ouigo. Merci
  Rendez-vous sur Hellocoton !